cancer du sein pendant la grossesse
GROSSESSE & MATERNITÉ,  PRÉNATAL

Le cancer du sein pendant la grossesse

Le cancer du sein touche environ 1 femme sur 7. S’il est encore rare, c’est le cancer le plus fréquent chez les femmes enceinte. (Chaque année, on estime 200 à 300 femmes enceintes atteintes du cancer du sein). Ce phénomène s’explique par ailleurs, par l’augmentation de l’âge de la femme lors d’une première grossesse. Le traitement et la prise en charge doivent être adaptés avec une collaboration entre le gynécologue-obstétricien et l’oncologue.

 

Le dépistage du cancer du sein au cours d’une grossesse.

Le dépistage du cancer du sein se déroule de la même manière que la femme soit enceinte ou non. Il est important de repérer les premiers signes au plus tôt en procédant à l’autopalpation mammaire. En cas de doute, votre médecin vous prescrira une échographie ou mammographie (avec protection de l’abdomen pour protéger le fœtus, et une biopsie. Il convient de ne pas reporter ces examens car la majorité des cas sévères chez la femme enceinte sont le résultat d’un dépistage et d’une prise en charge tardive.

Quel traitement pour un cancer du sein pendant la grossesse ?

 

Une interruption de grossesse s’impose-t-elle en cas de cancer du sein ?

Il est rarement conseillé d’interrompre une grossesse lors d’un dépistage du cancer du sein. En effet, les études montrent que la grossesse n’est pas un facteur aggravant du pronostic vital de la future maman. Il n’a pas non plus de lien avec une éventuelle récidive. Toutefois, l’IVG peut être évoquée si le cancer est à un stade élevé dès le 1er trimestre et nécessite une prise en charge urgente. Un traitement lourd pourrait avoir des conséquences sur l’embryon qui est cours de formation.

Un traitement adapté à la grossesse.

A partir du 2e trimestre de grossesse (généralement dès le 4e mois) le traitement est quasiment identique au traitement conventionnel habituellement administré. Il faut néanmoins adapter les décisions thérapeutiques à l’âge gestationnel, au stade de la maladie et aux choix de la patiente.

La chimiothérapie peut donc être proposée au 2e et 3e trimestre de grossesse. Dans ce cas, les séances seront interrompues 2 à 3 semaines avant l’accouchement et pourront reprendre 3 semaines après la naissance du bébé.

Les chirurgies (mastectomies ou chirurgies conservatrices du sein) sont quant à elles possibles dès le 1er trimestre.

Quels risques pour le fœtus ?

Comme tout traitement administré au cours d’une grossesse, la question de la toxicité sur le fœtus se pose. A ce jour, peu d’études ont été réalisées pendant cette période, à la fois pour des raisons éthiques et par la rareté de la maladie chez les femmes enceintes.

Le manque de données empêche donc les femmes enceintes d’avoir accès à tous les traitements. Ceux-ci sont donc rigoureusement sélectionnés et les doses sont réduites selon le stade de la maladie et de la grossesse.

 

Le cancer du sein après la grossesse

Allaitement et cancer du sein.

L’allaitement est contre indiqué lorsqu’un traitement du cancer du sein est en cours. Les médicaments administrés par la mère passent par le lait et ne sont pas tolérés par un nouveau-né.

Une grossesse après un cancer du sein.

Une grossesse à la suite d’un cancer du sein est possible. En revanche, cette décision devrait être soumise à l’opinion de l’oncologue. En effet, il peut être recommandé d’attendre 3 ans avant de tomber enceinte en cas d’une éventuelle rechute. L’allaitement sera également possible, sauf avis contraire du médecin.

Le dépistage d’un cancer du sein au cours d’une grossesse n’est pas un facteur aggravant et n’a pas d’incidence sur le pronostic vital de la future maman. Un traitement adapté est proposé et offre les mêmes chances de guérison qu’une femme non enceinte. Toutefois, le dépistage d’un cancer du sein au cours d’une grossesse entraine une charge émotionnelle et psychologique plus intense. La future maman doit gérer une maladie grave avec les traitements lourds que cela implique, tout en se souciant de la croissance et du bon développement du fœtus. Un suivi psychologique peut être recommandé pour affronter cette situation.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *